Occitan médiéval. Initiation pour les historiens

, par Theis Valérie

Benoît Grévin (CNRS/EHESS)

Ce séminaire vise à introduire à l’occitan médiéval, dans une approche pensée pour des étudiants se spécialisant en histoire (et non en linguistique ou en littérature), débutant ou faux-débutants en occitan.

On tiendra compte de trois points essentiels pour aboutir à une initiation réflexive, qui puisse munir les étudiants d’une véritable culture générale d’historien sur l’occitan.

-Présentation des grandes caractéristiques linguistiques de l’occitan médiéval (système de conjugaison, déclinaison bi-casuelle, lexique, variation) mettant l’accent sur la communauté avec le français médiéval, l’italien, le castillan et le catalan, le latin.

-Travail à partir d’une sélection de sources variées, en prose et en vers, politiques, administratives, littéraires, qui donneront une vision d’ensemble des sources (1100-1500). Il s’agira notamment de donner une culture générale aux étudiants en ressoudant deux parties des études médiévales occitanes souvent séparées dans la pratique : la littérature prestigieuse des troubadours et les œuvres littéraires, centrées sur le XIIe-XIIIe siècle, et les abondantes sources de la pratique administrative et documentaire, dont le barycentre se trouve plutôt aux XIVe-XVe siècle.

-Réflexion de caractère général sur l’historiographie de l’occitan médiéval, et son insertion dans la problématique des études médiévales. Il s’agira de présenter les dynamiques historiographiques particulières créées par la logique interne aux études occitanes, marquées par des influences très complexes : histoire régionale du sud de la France actuelle ; études littéraires sur la lyrique médiévale en interaction avec l’Italie et la péninsule ibérique ; occitan médiéval langue européenne ; mouvements occitanistes de 1800 à nos jours ; effets des régionalismes et « nationalismes » occitans (liens entre l’occitan et le médiévalisme).

On amènera ainsi en dix séances les élèves à prendre conscience des enjeux complexes que l’étude d’une langue médiévale peut avoir, en conjuguant l’initiation linguistique, la découverte d’un riche patrimoine textuel, mais aussi des tensions historiographiques résultant de facteurs divers.

Choix de matériaux abordés dans les dix séances :

-Statuts communaux ; comptes administratifs ; registres des États de Provence ; Chartes ; traductions philosophiques et scientifiques du latin en occitan ; chroniques ; poèmes politiques en contexte français ; poèmes politiques en contexte provençal ; poèmes politiques en contexte italien ; traités linguistiques et de poétique : réflexion médiévale sur la langue.

S2 : Vendredi 9h-11 heures.

10 séances